Journée d’échanges avec la MINUSMA

Monsieur le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, Chef de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA),

 Chers Collègues Députés,

 Mesdames, Messieurs,

 Après plusieurs reports, je me réjouis enfin de la tenue de cette journée d’échanges et de partage avec la MINUSMA sur son mandat, notamment la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation, issu du processus d’Alger.

Au nom de la Représentation Nationale, je souhaite la cordiale bienvenue à Monsieur Annadif  Khatir Mahamat SALEH, Chef de la MINUSMA ainsi qu’à ses collaborateurs qui l’accompagnent.

Je salue vivement cette heureuse initiative visant à instaurer, entre la MINUSMA et l’Assemblée Nationale, un cadre d’échanges périodique sur les activités de cette structure onusienne au Mali.

 Nous nous réjouissons aussi des sessions de formation organisées par la MINUSMA à l’intention de la Commission de la Défense Nationale, de la Sécurité et de la Protection Civile de l’Assemblée Nationale. Nous espérons d’ailleurs voir cette collaboration se renforcer pour accroître davantage les capacités de notre Institution.

 Mesdames, Messieurs,

 Si la sécurité constitue, de nos jours, un défi planétaire, elle l’est encore plus pour le Mali qui depuis quelques années, se trouve être l’épicentre d’une crise sécuritaire sahélo-saharienne multiforme.

Confronté, en effet, à de nouveaux types de terrorisme et de menaces transfrontalières, notre pays a toujours affiché sa détermination dans la quête de stratégies capables d’enrayer ces fléaux afin de concentrer ses efforts sur l’atteinte des objectifs de développement.

 Dans ce combat, le Mali bénéficie de l’appui combien salutaire des pays amis et de la communauté internationale. La MINUSMA a justement été créée dans ce cadre. Je voudrais profiter de la présente rencontre pour renouveler nos remerciements au Conseil de Sécurité des Nations Unies, pour le vote de la Résolution 22-95 du 30 juin 2016. Par cette Résolution, le Conseil de Sécurité, a décidé de prolonger le séjour de la MINUSMA tout en la dotant d’un mandat robuste devant lui permettre de mieux faire face à la guerre asymétrique qui sévit dans le pays, singulièrement dans les parties septentrionale et centrale.

Pour le commun de nos compatriotes, la MINUSMA désormais plus offensive, devrait pouvoir mettre ses propres troupes en sécurité, protéger enfin les populations civiles maliennes des attaques terroristes et agir efficacement dans le sens de la mise en œuvre de l’Accord de Paix. Cependant, nous ne comprenons pas !

Nous ne comprenons pas que malgré tous ces efforts de la communauté internationale, nos populations aussi bien que le personnel de la MINUSMA continuent d’être la proie de bandits et de terroristes qui entravent notre processus de stabilisation. Nous ne comprenons pas non plus que malgré tous les moyens dont la MINUSMA est censée disposer, en termes de renseignements et d’équipements, les ennemis de la paix continuent à évoluer dans leurs manœuvres criminelles.

La présente journée d’échanges nous permettra sans doute de lever le voile sur ces différentes interrogations. Elle aidera notre Institution, à travers certaines de ses commissions, à bien appréhender le rôle réel de la MINUSMA dans notre pays, à travailler sur la base d’informations fiables et à faire de bonnes restitutions à nos mandants.

 Monsieur le Chef de la MINUSMA, vous comprenez donc aisément que nous sommes fortement préoccupés par la persistance de l’insécurité au nord et au centre du pays. Vous devez également réaliser que nous sommes solidement attachés à notre sortie rapide de cette situation. En tout état de cause, je me dois de vous rappeler que la Représentation Nationale suit avec un intérêt particulier la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation, issu du processus d’Alger. Elle y participe activement en s’acquittant, avec la diligence requise, de toutes les obligations qui lui incombent. C’est dans cet esprit que l’Assemblée Nationale a initié plusieurs actions et voté certaines lois majeures visant à accélérer le processus.

 Nous sommes tous conscients que le Mali a besoin de se développer mais quel développement pouvons-nous envisager réellement si le pays n’est pas bien stabilisé?

 Nous plaidons pour une accélération du processus de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR). Nous nous félicitons déjà des avancées enregistrées dans ce sens, mais nous plaidons tout aussi pour un retour rapide de l’Administration et des services sociaux de base dans l’ensemble des régions du centre et du nord, en vue d’assister les populations en place et de faciliter la réinstallation des réfugiés et des déplacés internes. 

Avant de terminer mon propos, j’encourage la MINUSMA et les autres agences du Système des Nations Unies, à redoubler d’efforts pour accompagner le Mali dans la préparation et la bonne tenue des prochaines élections locales et régionales prévues pour le 17 décembre.

 Tout en espérant sur la franchise et la sincérité des discussions que nous allons entamer dans un instant, je déclare ouverte la présente journée d’échanges avec la MINUSMA.

 Je vous remercie.

Radio du parlement
89.4 MHZ