PRESENTATION DE VŒUX 2020 AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Excellence, Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat,

Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement,

Madame et Messieurs, les Présidents des Institutions de la République,

Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement,


Chers Collègues Députés,


 


Mesdames et Messieurs, en vos rangs et qualités,


Permettez-moi tout d’abord de rendre grâce à Dieu d’avoir permis qu’en ce jour et en ces lieux, nous nous retrouvions pour la traditionnelle cérémonie de présentation des vœux de nouvel an.


En ces moments solennels de communion, je suis très heureux de prendre la parole, pour vous adresser les vœux cordiaux de l’ensemble des députés et du personnel parlementaire de l’Assemblée Nationale du Mali, à l’occasion de la nouvelle année 2020.


Excellence, Monsieur le Président, l’année 2019 a été une année particulièrement riche en événements et en enseignements pour notre pays. Certains de ces faits ont sérieusement marqué la conscience des maliens et renforcé davantage leur conviction que notre Maliba peut tanguer mais ne chavirera jamais.


En effet, au cours de l’année 2019, nous avons noté avec inquiétude que malgré les efforts multiformes déployés dans la lutte contre le terrorisme et l’insécurité, la situation est restée préoccupante en plusieurs endroits du territoire national, voire au Sahel dans sa globalité. Nous avons enregistré avec colère la poursuite des attaques terroristes contre les populations civiles, les FAMAS et leurs alliées dans presque toutes les Régions du Mali. Nous avons été singulièrement meurtris par les événements de  Boulkessy, Mondoro, Dioura, Ogossagou, Sobane Da, Yoro, Indelimane, Tabankort pour ne citer que ceux-ci, qui ont fortement endeuillé notre Armée et semé la désolation dans plusieurs familles.


Au nom de la Représentation Nationale, nous magnifions la bravoure de nos troupes et nous nous inclinons pieusement devant la mémoire de toutes les victimes de ces actes sauvages que nous ne cesserons jamais de condamner.


Excellence, Monsieur le Président, Face à cette recrudescence des attaques terroristes, l’Assemblée Nationale a organisé une séance de Questions d’actualité sur la situation sécuritaire dans le pays, le 21 novembre 2019. Elle a été le cadre parfait pour discuter sans tabou avec le Gouvernement sur la réalité de la situation d’insécurité et de terrorisme dans lequel vit notre pays. Elle a ainsi permis aux populations maliennes de mieux saisir les défis actuels de notre Armée et de se départir des rumeurs et autres fausses alertes qui alimentent malheureusement les réseaux sociaux. 


Il reste entendu que la situation sécuritaire dans notre pays n’est pas pire qu’ailleurs et Dieu merci, nous nous battons et nous avons commencé à remporter de magnifiques victoires. Oui, nous restons réconfortés par le courage et la détermination constante de nos forces et leurs partenaires dans les ripostes. Nous sommes tout autant comblés par leurs diverses initiatives offensives qui ont permis de neutraliser des dizaines d’assaillants et détruire nombre de refuges et de matériels ennemis.

Nous disons que ce sont de tels actes encourageants de notre Armée nationale qui contribueront à éradiquer le fléau terroriste et le banditisme dans notre pays. Nous disons aussi que ce sont de tels actes qu’il faut perpétuer pour redonner espoir aux maliens. C’est pourquoi, nous invitons l’ensemble de nos compatriotes à rester toujours mobilisées derrière les FAMAS comme ils l’ont vaillamment démontré depuis des mois, à travers diverses manifestations de soutien à nos militaires.


Pérenniser tous ces acquis requiert cependant que la communauté internationale règle définitivement la question libyenne. Il requiert aussi que les maliens soient mis en confiance, qu’ils soient largement éclairés par rapport à ce qui se passe réellement dans notre pays après 7 ans de présence militaire étrangère pour une cause dont les résultats leur semblent insuffisants.


C’est peut-être pourquoi, Monsieur le Président, nos compatriotes sont impatients, très critiques et n’hésitent plus à extérioriser leurs colères et frustrations à l’endroit de certains partenaires dont la France. Sinon, quelle antipathie auraient-ils à l’égard de partenaires venus juste nous aider et qui de surcroit donnent leur sang pour notre pays?


Sur la question, nous pensons que les liens séculaires existant entre la France et le Mali ainsi que les relations de coopération fructueuses que les 2 pays entretiennent ne plaident aucunement pour ce genre de considération. La France reste un pays ami et un partenaire du Mali. Toutefois, nous estimons que la France aussi bien que le Mali gagneraient à ce que la présence militaire étrangère, notamment celle française sur notre sol, puisse donner plus de fruits au regard des nombreuses fleurs qu’elle a portées depuis 2012.


En tout état de cause, nous espérons que la rencontre annoncée entre le Président français et les Présidents des pays du G5 Sahel sera assez déterminante pour un meilleur réajustement du dispositif sécuritaire dans l’intérêt mutuel du G5 et de la France. Car, comme vous avez l’habitude de le dire, Excellence, la région du Sahel et le Mali en particulier occupent la position d’une digue. Si elle rompt, l’Europe aussi sera submergée.


A nos populations, nous leur demandons de ne pas se tromper d’ennemis et d’éviter le piège tendu par certains détracteurs véreux. Dans le contexte sécuritaire actuel, mieux vaut disposer de plus d’alliés que de sombrer dans des amalgames préjudiciables au retour de la paix et de la stabilité. Telle est notre conviction !


C’est dans ce même souci, Monsieur le Président, que les Assemblées Nationales des pays du G5 ont décidé de mettre leurs moyens et intelligences en commun. D’où la création du Comité Interparlementaire du G5 Sahel réunissant les Assemblées Nationales du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad. Le CIP G5 dont la 2ème Assemblée est prévue à Bamako, courant 2020, après celle tenue à Ouagadougou en mai 2019, constitue la meilleure démonstration de la prise de conscience collective de nos parlements à constituer un front unique pour exercer un contrôle citoyen des actions visant le G5 Sahel.


Excellence, Monsieur le Président de la République,

A cœur vaillant, rien d’impossible. Cette préoccupation sécuritaire n’a pas du tout écorné l’ambition de notre pays de poursuivre son processus de sortie de crise et de réconciliation nationale. Le Dialogue National Inclusif qui vient de se tenir à votre initiative et sous votre leadership, en est l’illustration exemplaire.

Ces assises, désormais historiques, auxquelles ont participé la plupart des forces vives du pays, auront permis aux maliens, toutes tendances confondues, de se parler et de dire le Mali dans tous ses états et sans complaisance aucune. De là, nous osons espérer que le Mali reprendra sereinement son essor, Inchallah.


Nous tenons, Excellence, à vous remercier pour cette action salvatrice à laquelle l’Assemblée Nationale a pris une part très active et ce, à toutes les étapes.


Excellence, Monsieur le Président,

Vos multiples gestes à l’endroit des sinistrés et autres victimes de calamités naturelles, ainsi que votre solidarité agissante en faveur des pupilles de la nation n’ont pas laissé nos compatriotes indifférents. Il en de même de vos actions louables dans le domaine de la santé, entre autres, la gratuité des soins de santé primaire pour les enfants de moins de cinq ans, les femmes enceintes y compris les accouchements, les personnes de plus de 70 ans, les dialyses et les premiers soins d’urgence.


C’est le lieu également de saluer votre engagement à poursuivre la lutte contre la corruption et la délinquance financière, qui demeure un axe majeur de votre gouvernance ; engagement que vous avez encore réaffirmé récemment lors de la réception du Rapport de l’Office Central de Lutte Contre l’Enrichissement Illicite. Permettez-moi, Excellence, de profiter aussi de cette occasion pour dire toute notre satisfaction au Vérificateur Général pour les différents rapports qu’il a produits en 2019. 

Au regard de tout ceci, nous sommes confiants que notre Maliba continuera à avancer. Oui, il poursuivra sa majestueuse progression car il regorge d’hommes et de femmes qui aiment ce pays, qui prient nuit et jour pour ce pays, et qui ne le laisseront jamais en déliquescence. Nous implorons Dieu pour qu’il vous aide, au cours de la nouvelle année, à poursuivre vos efforts particulièrement dans les domaines de la paix, de la sécurité, de la réconciliation nationale, du développement durable et de l’amélioration des conditions de vie des maliens.

Sur ces différents chantiers, je voudrais souhaiter pleins succès au Premier Ministre, Dr Boubou CISSE, et à toute l’équipe gouvernementale en qui vous avez placé votre confiance. 


Excellence Monsieur le Président, je voudrais à ce stade et avant de conclure, vous indiquer que durant l’année 2019 l’Assemblée Nationale, avec la prorogation du mandat des Députés, a continué d’accomplir pleinement et sereinement toutes les missions qui lui sont dévolues. Sa forte sollicitation, aussi bien par le Gouvernement que par nos compatriotes, fait qu’actuellement notre Institution se retrouve sur tous les fronts et son tableau des saisines reste toujours fourni. 

Nous nous félicitons d’avoir adopté, en 2019, 77 projets de lois régissant divers secteurs de la vie nationale. Ceci porte à 477 le nombre total de projets et propositions de loi adoptés, à ce jour, au titre de la présente Législature.


Il serait certainement fastidieux d’égrener ce chapelet législatif mais je voudrais singulièrement signaler que l’Assemblée nationale vient de doter notre pays, pour la 3ème année consécutive, d’un budget-programmes. Le budget 2020 auquel elle a donné son approbation se chiffre en recettes à 2 181 milliards 828 millions de FCFA et en dépenses à 2604 milliards 567.558.000 FCFA. Il illustre toute la détermination des élus de la nation à améliorer la bonne gouvernance dans notre pays et à œuvrer, de concert avec l’exécutif, pour l’émergence du Mali. Le vote du budget 2020 vient immédiatement à la suite de deux autres lois autorisant la ratification d’accord de financement et de prêt que l’Assemblée Nationale a adoptées, en urgence, le 17 décembre dernier, pour permettre au Mali de bénéficier d’un montant total de plus de 133 milliards de FCFA.


Permettez-moi de mettre également l’accent sur d’autres lois majeures, entre autres, celle autorisant la prorogation de l’état d’urgence déclaré sur le territoire national, la loi portant répression de la cybercriminalité, celle portant code d’éthique et de déontologie de l’agent de l’Administration publique ainsi que la Loi d’Orientation et de Programmation pour le secteur de la Justice, sur la période 2020-2024.


Dans le même temps, nous avons abordé avec les membres du Gouvernement plusieurs sujets d’intérêt national au cours de diverses séances d’interpellation, de questions orales et de questions d’actualité. Je dois aussi rappeler que la situation sociopolitique du pays avait amené l’Institution au dépôt d’une motion de censure contre le Gouvernement, lors de la session d’avril, mais dont la discussion a été annulée en raison de la démission du Premier ministre.


En outre, pour mieux contribuer au renforcement de notre démocratie et au bon fonctionnement de l’Etat, l’Assemblée nationale a mis en place certaines commissions d’enquête parlementaire sur des sujets concernant le problème des avions et équipements militaires, les ventes des bâtiments administratifs et une commission Ad hoc chargée d’examiner la demande de levée d’immunité de deux députés. Il est à noter également que l’Assemblée nationale n’a nullement apprécié certains propos tenus par le Chef de Bureau de la MINUSMA à Kidal, lors du 4ème Congrès du MNLA ; propos qui affectent dangereusement l’unité et l’intégrité de notre pays. Ce qui a donné lieu à notre Déclaration du 5 décembre dernier. Il reste donc constant que notre parlement ne faiblira jamais lorsqu’il s’agit de l’intérêt supérieur de l’Etat malien. Cependant, pour le rayonnement de la République du Mali et l’aboutissement heureux des réformes politiques et institutionnelles à venir, il est impérieux que chacun observe une certaine discipline politique et que toutes les Institutions républicaines bénéficient de la considération et du respect de la part de tous.


Excellence Monsieur le Président, pour finir, au nom de l’ensemble des députés et du personnel parlementaire, je vous adresse mes meilleurs vœux de bonne santé, de bonheur personnel et de réussite dans votre mission de conduite des destinées de la Nation malienne. J’associe à ces vœux, les membres de votre famille ainsi que l’ensemble du peuple malien auquel nous souhaitons une année de prospérité à la hauteur des immenses sacrifices consentis sur le chemin de la paix, de la réconciliation et du développement. 


Que le Tout Puissant vous inspire et vous assiste !

Je vous remercie.

Radio du parlement
89.4 MHZ